Friendly Advice to the Poor

by Haymarket

/
  • Streaming + Download



    (15 titres + livret 24 pages + english lyrics + back cover + have fun !)

     

1.
2.
01:19
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
02:59
10.
11.
12.
13.
14.
15.

about

15 titres / versions CD Digipack (+livret 24 pages) ou 33 Tours !
Nous contacter sur le site pour les dates et autres infos.

credits

released February 10, 2012

Enregistrement, mix et master Tramber WaveBitchStudio

Labels : Maloka, Les Nains Aussi, Perce-Oreille, General Strike, Mass Prod, Workin’man Arm Yourself

All songs written by Haymarket.

tags

license

all rights reserved

about

Haymarket Nantes, France

New album's just out. CD & LP. 11 tracks.

contact / help

Contact Haymarket

Streaming and
Download help

Track Name: En ce temps-là
Écoutez-moi, n’ayez pas peur,
je ne suis pas un bonimenteur
Approchez-vous, bonnes gens,
je vais vous conter une histoire
écrite en lettres de sang,
restée gravée dans ma mémoire

En ce temps-là, disait Émile*,
jamais on ne se serait laissé faire
Nous étions forts, solidaires,
comme les cinq doigts unis
d’une main qui fait poing
Pour cogner la gueule des vaches
Pour ne plus suinter la misère
Pour en finir avec les Watrin*
Qui font de nos vies un enfer

En ce temps-là, disait Nestor*,
jamais on ne se serait laissé faire
Nous étions forts, comme des frères,
comme les cinq doigts unis
d’une main qui fait poing
Au nom de l’idéal libertaire
Chasser l’occupant de nos terres
Botter le cul des commissaires
Un drapeau noir dans la plaine

En ce temps-là, disait Gustav*,
jamais on ne se serait laissé faire
Nous étions forts, solidaires,
comme les cinq doigts unis
d’une main qui fait poing
Au nom des conseils ouvriers
Pour cogner flics et militaires
Tous les Noske et les Ebert*
Le drapeau rouge flotte sur la Rhur

Mais ce temps-là est révolu
Le code-barre nous a vaincu
Démocrates et disciplinés
Nous nous en allons voter…
Track Name: Yes We Can
Yes we can/be green and grow*/Yes we can

Ils ont converti leur conscience
comme on convertit le pognon
À la nouvelle religion du capitalisme vert

Défenseurs impénitents d’un système qui prend l’eau
Le développement durable est leur nouveau credo
Ne pas toucher aux rapports de production
“Changer le pansement plutôt que penser le changement”*

Yes we can/be green and grow/Yes we can

Ils ont appris leur leçon Ils la déversent sur nous
La culpabilisation
Prélude à la répression

Défenseurs impénitents d’un système qui prend l’eau
Le développement durable est leur nouveau credo
Ne pas toucher aux rapports de production
“Changer le pansement plutôt que penser le changement”
Track Name: Fuck Your War
Ils partirent un matin,
la fleur au fusil,
tels des fiers-à-bras
Mais la peur au ventre
sous les viva de la foule ne s’entend pas

Fuck your war, your fucking war

Tant de vers se repaissent
de la chair de ces gueux abandonnés là
En des postures obscènes,
sous un soleil en feu, chair en croix

Fuck your war, your fucking war
Track Name: L’horreur est humaine
Des corps mutilés, des carcasses calcinées
Des soldats crient « Victoire ! » ­­­­­et partent s’enivrer
Flotte une odeur de sang comme flottent les drapeaux
La démocratie s’apprend la tête dans le caniveau

L’horreur est humaine
L’horreur c’est ce système !

Le dictateur déchu, son image piétinée
La foule en liesse s’écrie « Vive la liberté ! »
Dans le sillage des tanks, des missionnaires armés
De nouveaux convertis s’apprêtent à gouverner

L’horreur est humaine
L’horreur c’est ce système !

« Vive la liberté ! » – de se faire exploiter
« Vive la liberté ! » – de se faire piller
« Vive la liberté ! » – de confier son sort
Aux bourgeois repentis qui ont habilement changé de bord

L’horreur est humaine
L’horreur c’est ce système !
Track Name: Rock’n’roll Vs Subprimes
Loger les pauvres partait d’un bon sentiment
Mais les bons sentiments se marient mal avec l’argent
Augmenter les salaires aurait pu être la solution
Mais endetter les pauvres rapportait beaucoup plus de pognon

Les banques se sont jetées avec avidité
sur ce nouveau marché, spéculant sur l’immobilier
Les pauvres ont cru toucher au rêve américain
Mais on ne rêve pas longtemps
Au milieu des requins

Partager les risques en se gavant de pognon
Multiplier les prêts au-delà de toute raison
S’endetter toujours plus devient la seule solution
offerte aux gueux qui ne veulent pas perdre leur maison

Les banques se sont jetées avec avidité
sur ce nouveau marché, spéculant sur l’immobilier
Les pauvres ont cru toucher au rêve américain
Mais on ne rêve pas longtemps
Au milieu des requins

« Gimme back my money »

Tout ce qu’elles touchent se transforme en bulle
Et toute bulle, par principe, finit par éclater
Les pauvres se croyaient riches,
se pensaient propriétaires
Les voici sans argent, à dormir le cul par terre

Le capitalisme est une machine infernale
Productrice de rêves tout autant que de drames
Mais les premiers se vendent
tandis que les seconds se vivent
Et ainsi va le monde dominé par les requins
Track Name: Men sado in corpore maso
Hygiène de vie impeccable
Compétiteur redoutable
Le culte de la performance
m'habite en permanence

Face au miroir, je jouis de mon corps
De mes muscles saillants, de mes biceps en or
Je suis fort, je suis beau, je suis irrésistible
Sculpté par Breker, je me sens indestructible

Men sado in corpore maso

DRH de premier plan
Génial et compétent
Inaccessible au doute
Je contrôle toutes mes troupes

Je parle, ils écoutent, ils sont hypnotisés
Je galvanise mes gueux, vivifie leurs pensées
Je suis fort, je suis beau, je suis charismatique
L'art de la rhétorique vaut bien plus que la trique

Men sado in corpore maso
Pour réussir ici bas, il n'y a qu'une solution
Faire de son corps une machine
Et ne penser qu'à soi

Je déteste les faibles, les pauvres, les résignés
Les geignards, les gueulards et les entêtés
Ceux qui ne veulent pas comprendre que pour exister
Faut marcher sur les autres, oser les piétiner

Men sado in corpore maso

Blinder son âme et son corps
Donner le change, faire le beau
Inaccessible aux remords, se garder de la parano

Au fond de moi, je sais bien que je ne suis rien
Qu'un bipède cynique, un nuisible, un pédant
Mais je ne suis qu'un produit de la modernité
Qui érige en modèle la médiocrité

Men sado in corpore maso
Track Name: Prospect and Enslave
Au nom du père, du fils et du Saint-Esprit
Au nom d’un Dieu omniscient, de la couleur de l’argent
Au nom de la civilisation chrétienne et mercantile
Une main sur la bible, l’autre sur le divin baril
Au nom du père, du fils et du Grand Kapital
Du rouleau-compresseur appelé néo-libéral
Au nom de la civilisation du béton et du verre
De la culture jetable qui envahit l’univers

Au nom du Fonds monétaire international
De la Banque mondiale, des multinationales
Au nom des caddies à remplir, des pensées à occuper
De la sacro-sainte loi mortifère du marché
Au nom de l’intérêt général, généralement particulier
Particulièrement pour celles et ceux dont c’est le métier
D’exploiter, d’humilier et de bomber le torse
Face aux gueux qui s’opposent au royaume du négoce

Au nom des bénéfices à faire et du taux de profit
De la conquête des terres et de la théorie
Du travail qui rend libre et donne la dignité
A condition bien sûr de ne pas en crever
Au nom du droit à polluer, à tout marchandiser
Rien ne doit échapper à l’emprise du marché
Qui enserre, qui aliène la planète entière
Et transforme la critique en slogan publicitaire

Sleep tight my girl, don’t be scared of the noise made by the planes over your head / Sleep tight my Boy, don’t be scared of the noise made by the planes over your head
Track Name: Storytellers Make My Day
« Se lever tôt, travailler dur
Ne pas compter son temps
– Believe me ! » / Storytellers make my day
« Croire en soi, à sa bonne étoile avec opiniâtreté
– Trust me ! » / Storytellers make my day

« La chance sourit aux audacieux
Qui ne tente rien n’a rien
– Believe me ! » / Storytellers make my day
« La richesse est un don du Ciel
Remercions la Providence
– Trust me ! » / Storytellers make my day

Les chemins de l’exploitation
ne sont pas pavés de bonnes intentions
– Don’t believe them ! / Storytellers make my day
L’appât du gain est un moteur
qui se gorge de notre sueur
– Don’t trust them ! / Storytellers make my day

Robber barons ! Robber barons
Voleurs, pillards sans vergogne
Track Name: Muyaga
C’est un printemps plus rouge que les autres
Le Dieu du sang a trouvé ses apôtres
Dressé des listes et armé ses chiens / Muyaga
L’Akazu peut se frotter les mains
Et Kangura peut cracher son venin
La même clameur se fait entendre / Inkotanyi

Muyaga / Souffle le vent
Souffle, souffle ce putain de vent

Tchak, tchak la machette s’abat
Sur les corps apeurés, sur les bras en croix
Crânes ouverts et ventres écorchés / Muyaga
Tchak, tchak, la machette frappe
Et des milles collines dégueule le sang
Des sacrifiés que personne n’entend / Inkotanyi

Pour Dieu, la patrie, le lopin de terre
Parce qu’on te tue si tu ne veux pas le faire
La servitude fait vomir la haine / Inkotanyi

Muyaga / Souffle le vent
Souffle, souffle ce putain de vent
[Et certains de dire « Plus jamais ça »]

Violences humaines aux formes si bestiales
Qui se déchaînent dans l’ivresse et la hargne
Qu’elles en feraient frémir les montagnes / Muyaga
Violences bestiales aux formes si humaines
Qui se propagent comme la gangrène
Ce maudit vent qui empuante le ciel / Muyaga

Muyaga / Souffle le vent
[Et certains de dire « Plus jamais ça »]
Muyaga / Souffle le vent
Track Name: Hire and Fire
J’ai longtemps cru en lui, à ses discours, à son ambition
Nous étions faits pour réussir, pour conquérir le monde entier
J’ai bossé sans relâche, je me suis impliqué à fond
Dans la rhétorique managériale, dans la course effrénée au pognon

Hire and fire, telle est la loi d’aujourd’hui
Tu es de trop, tu es le fardeau, l’agneau qu’on sacrifie
Casse-toi, bouge de là, disparais, reviens pas, telle est ton sort aujourd’hui
Tu es de trop, tu es le fardeau, l’agneau qu’on sacrifie

Assis dans son bureau, j’écoute ce qu’il me dit
Je fus number one dans mon secteur, mais ainsi va la vie
Compression de personnel, variable d’ajustement
Telle est la loi actuelle du marché, on ne peut faire de sentiment

Hire and fire, telle est la loi d’aujourd’hui
Tu es de trop, tu es le fardeau, l’agneau qu’on sacrifie
Casse-toi, bouge de là, disparais, reviens pas, telle est ton sort aujourd’hui
Tu es de trop, tu es le fardeau, l’agneau qu’on sacrifie

There’s nobody on the dancefloor
Just me and my gun
and this bloody bastard and nowhere left to run

Hire and fire, telle est ma réponse aujourd’hui
Si je suis de trop, tu l’es aussi, tu me tues, je t’ôte la vie
Hire and fire, telle est ma réponse aujourd’hui
Si je suis de trop, tu l’es aussi, tu me tues, je t’ôte la vie

Your boss will be the next…
Track Name: Home Sweet Home
Dès que je fous les pieds quelque part,
faut que j’en sonde le sol
Pour en sortir des dollars sous forme de cuivre ou de pétrole
Je suis une multinationale, j’ai le dollar comme drapeau
Et la planète comme…
Home sweet home

Décivilisateur, un monde uniforme c’est mon credo
Je vends ma merde sans crispation
de la Cordillière jusqu’au Congo
Renault, Coca-Cola, je suis une multinationale
J’ai le dollar comme seule loi…
Home sweet home

Abolissons les frontières, tenons-nous par la main,
ne sommes-nous tous pas frères ?
Unifié par le marché, oublions nos conflits, œuvrons pour le Bien commun

Le monde est un champs de bataille, et moi, j’en suis le roi
Il est dans ma nature, d’être sans foi ni loi
Il n’y a qu’une seule chose qui m’angoisse et m’horrifie
C’est la baisse tendancielle du taux de profit

Abolissons les frontières, tenons-nous par la main,
ne sommes-nous tous pas frères ?
Unifié par le marché, travaillons sans relâche à remplir nos caddies
Enterrons sans attendre toutes ces idéologies qui nous promettent l’Icarie
L’utopie mène au goulag, croyez-moi sur parole, ne vous souciez que de votre vie
Track Name: Ode to Revolution
I met you (when) I was a brat
I was fourteen years old
I was young, you seemed eternal
You had the face of Africa, of latin America
I dreamed to join one's guerilla

Why can't you say
« Remember the good old days,
why don't you follow me ?
We could walk hand in hand, together,
again and again, why don't you follow me ? »

So disgusted and outraged
I read your books to satisfy
My unquenchable thirst of knowledge
You had the serious of Karl Marx,
the spirit of Bakunin
You've given to me the weapons of freedom

Why can't you say
« Remember the good old days,
why don't you follow me ?
We could walk hand in hand,
together, again and again,
why don't you follow me ? »
Time has passed, I'm fat and old
Still angry and outraged
I fight each day against misanthropy
It's hard to fight against their world full of
promises and lies
I've lost the trail of my old mole*

Why can't you say
« Remember the good old days,
why don't you follow me ?
We could walk hand in hand,
together, again and again,
why don't you follow me ? »

Why can't you say
« Remember the good old days,
why don't you follow me ?
We could walk hand in hand,
together, again and again,
why don't you follow me ? »
Track Name: Elle ne marche pas
Elle ne marche pas, elle surfe, elle glisse
Elle ne marche pas, elle surfe et glisse
sur l’asphalte indocile des villes
C’est la beauté de l’insouciance
Elle ne marche pas, elle surfe et glisse
sur l’asphalte indocile des villes
Tous ces regards, quelle importance ?

Mais la foule n’aime pas celles qui se pavanent ainsi, inaccessibles au mépris
Cela devrait être interdit !
Celles qui sortent de la norme,
qui jouissent de la vie dans un grand éclat de rire
Et pourtant Dieu que c’est joli

Elle ne marche pas, elle surfe, elle glisse
Elle ne marche pas, elle surfe et glisse
sur l’asphalte indocile des villes
C’est la beauté de l’insouciance
Elle ne marche pas, elle surfe et glisse
sur l’asphalte indocile des villes
Tous ces regards, quelle importance ?

La foule a crié, s’est mise à insulter l’impudente, l’effrontée qui osait ainsi se pavaner
Si les mots furent violents,
alors que dirent des coups qui la laissèrent gisante
La foule adore le goût du sang

Le calme est revenu, l’ordre règne
Si fière et satisfaite du devoir accompli
La foule est repartie chez elle
vaquer à ses occupations
A chaque jour suffit sa peine
Il n’y a guère qu’un chien errant,
habitué aux pierres et à coups,
à se soucier de la Belle

Il ne marche pas, ni ne surfe ni ne glisse,
Il titube et gémit qu’on lui laisse vivre sa vie
S’habiller en femme, maquiller ses yeux
Et oublier un temps
que la nature l’a doté d’une queue

Il ne marche pas, ni ne surfe ni ne glisse,
Il titube et gémit qu’on lui laisse vivre sa vie
Il n’exige rien, réclame seulement
Qu’on le laisse enfin être « elle »
Track Name: Révolution verte
Ils ont débarqué au petit matin
tel des conquérants
Les verres fumés de leurs lunettes noires
leur donnaient un air inquiétant
Sont-ce des truands, des hommes d'affaires,
des hommes capables de contrôler le temps ?
Ils ont sorti de leur attaché-case
un amas de documents

Working, starving, suffering

Dans leur mallette il y avait le remède
pour abattre la misère
Rendre la terre plus fertile et le grain
mille fois plus résistant
Est-ce un miracle, un don de Dieu,
la promesse d'un avenir radieux ?
Ils ont sorti de leur attaché-case
des contrats et de l'argent

Working, starving, suffering

La corde au cou, la bave aux lèvres
Ils ont souillé la terre et les champs
jusqu'au regard des enfants
Tel un prisonnier, aux mains entravées,
une mort programmée sous contrôle d'huissier
Ils ont souillé la terre et les champs
jusqu'au regard des enfants

La corde au cou, la bave aux lèvres
Ils ont souillé la terre et les champs
jusqu'au regard des enfants
La terre est morte, nos poches sonnent creux,
et nos enfants crèvent, c'est le destin des gueux
Ils ont souillé la terre et les champs
jusqu'au regard des enfants
Track Name: Rogue-State (of Mind)
J’ai tant croisé de gens dont on avait salé les plaies
Dont les cris de colère entre quatre murs se perdaient
Murs capitonnés d’un HP, suintants d’une usine à progrès

J’ai tant croisé de gens à l’existence chaotique
Tendant la main pour obtenir un peu de ce putain de fric
De ceux qui, mieux lotis, se refusent à croiser leur regard

J’ai tant croisé de gens à l’arrogance non feinte
Accumulant les biens pensant conjurer ainsi la crainte
De se retrouver, un jour seuls, face à leur vacuité

J’ai tant croisé de gens dont l’idéal de vie
C’est travail, famille, et le samedi, faut pousser le caddie
Et trouver cela normal et voter quand c’est permis

J’ai tant croisé de gens qui refusaient de se poser
La question existentielle qu’on n’entend jamais à la télé
Qui suis-je, où vais-je existerais-je sans ce satané porte-monnaie ?